Postulat n° 66 - Demande d'étudier la mise en place d'un "permis de végétaliser" en ville de Fribourg

T. Odermatt (PS), N. Piller (PS), M. Jordan (PS), E. Moussa (PS)

Développement du postulat

Ce postulat demande d’étudier la mise en place d’un permis qui permet aux habitant-e-s de végétaliser la ville, sur le domaine public.

Le permis de végétaliser donne à chacune et chacun la possibilité devenir le jardinier de son quartier.

Les espaces à végétaliser concernent avant tout la Voirie mais pourraient - dans la mesure du possible - aussi couvrir des espaces bien définis dans les parcs et jardins. Par exemple, il peut s’agir d’une jardinière au coin de la rue pour y faire pousser des tomates, d’un pied d’arbre pour y semer des fleurs, d’un mur pour y faire grimper des plantes ou encore d’un potelet à transformer en installation végétale. Si besoin, la Ville peut informer et conseiller la personne souhaitant végétaliser sa rue ou son quartier, et mettre à disposition des plantons et de la semence. Au cas où l’octroi du permis de végétaliser devait être soumis à la taxe d’empiètement sur le domaine public, nous demandons au Conseil communal d’examiner la possibilité d’exonérer les bénéficiaires du permis de végétaliser de cette taxe.

Les avantages de l’introduction d’un permis de végétaliser seraient les suivants:

  • Sensibilisation à la biodiversité (possibilité de faire des programmes pour enfants et jeunes, des workshops, etc.);
  • Responsabilisation de la population face à la végétalisation de la ville (et par conséquent, augmentation du respect face aux végétaux);
  • Possibilité pour chacun et chacune de devenir acteur de sa ville;
  • Contribution à créer du lien social;
  • Opportunité de travailler la terre pour les personnes qui n’ont pas de jardin;
  • Possibilité pour les écoles de la Ville de développer des projets de jardinage;
  • Possibilité pour les quartiers de développer des projets intergénérationnels;
  • Embellissement et égaiement de la ville.

Paris montre un bel exemple des possibilités d’un tel permis : on y encourage avec beaucoup de succès la population à se mettre au vert. En effet, le jardinier ou la jardinière parisien(ne) peut déposer une demande accompagnée d’un projet. En obtenant un permis, il/elle signe une charte de végétalisation, s’engageant notamment à choisir des plantes locales et mellifères favorisant la biodiversité, à ne pas recourir à des pesticides ou encore à veiller à l'esthétique et à l’entretien de l’espace végétalisé. Un kit de plantation comprenant de la terre végétale et des graines peut être fourni sur demande.

La Ville de Lucerne a aussi un projet qui va dans le même sens.