Question n° 3 - Soutien de la Ville de Fribourg à l'association RecupeR-Action

S. Delaloye (PS), F. Delarze (PS)

Question

Nous avons une question relative au soutien de la Ville à l’association RecupeR-Action.

Depuis décembre 2020, RecupeR-Action a organisé des récoltes et des distributions alimentaires, les dimanches à Fribourg. Après sept semaines à blueFACTORY et deux mois à Fri-Son, cette organisation est à la recherche de nouveaux locaux. Actuellement:

  • a16 distributions ont pu avoir lieu;
  • Près de 3500 colis alimentaires ont pu être distribués;
  • Plus de 3500 repas complets ont été préparés et distribués;
  • Des centaines d’habits de seconde main, de produits d’hygiène, de jouets, de livres, ont été offerts;
  • Près d’une tonne de fruits et de légumes ont été sauvés du gaspillage et redistribués.

Ceci a été possible grâce à l’action d’une cinquantaine de bénévoles, à l’aide de la Police locale, de la Préfecture, de Fri-Son, de La Red, de REPER, de la Coutellerie et de Bluefactory, ainsi que la générosité de très nombreux particuliers.

RecupeR-Action, dont l’utilité n’est plus à démontrer, est à la recherche de lieux pour poursuivre son activité, puisque Fri-Son et La Red redémarrent lentement les leurs.

Nous souhaitons savoir si la Ville peut mettre à disposition ou aider à trouver un nouvel espace qui puisse permettre à RecupeR-Action de continuer son œuvre visiblement très utile.

Réponse du Conseil communal

Effectivement, lors de la première vague, c'était REPER qui avait entamé cette action spontanée puisque ce sont les collaborateurs de REPER qui avaient identifié ce besoin qui devenait de plus en plus pressant dans une partie de la population, laquelle avait perdu tous les moyens de pouvoir trouver la nourriture nécessaire.

Là, c'est un particulier qui a lancé, durant la deuxième vague, cette action. Dans les deux cas, la Ville a immédiatement apporté un soutien, que ce soit financier pour l'acquisition de la nourriture mais aussi technique, notamment en mettant à disposition le matériel nécessaire pour assurer cette distribution de nourriture.

Vu que nous avons constaté qu'un nombre important de bénéficiaires – parfois plus de 50% – ne provenaient pas de la Ville de Fribourg mais d'autres communes – soit du Grand Fribourg mais aussi d'ailleurs. Il y a même des familles d'Estavayer qui se sont présentées à ces distributions de nourritures-, nous avons pris contact avec l'Association des communes fribourgeoises ainsi qu'avec la Direction de la Santé et des Affaires sociales du canton, notamment le Service de l'action sociale (SASoc).

Nous sommes actuellement, avec ces partenaires, en train de faire une analyse pour identifier, dans le cas d'une disparition de covid-19 et d'un retour à la "normale" si on peut appeler cela comme ça, dans quelles mesures un besoin subsisterait de poursuivre et de pérenniser ce genre d'activité, sachant qu'il existe aujourd'hui déjà des prestataires qui existaient déjà avant le covid-19, notamment Banc Public, les Cartons du cœur, la Tuile, et de pouvoir identifier dans quelles mesures il serait nécessaire de compléter cette offre.

Entretemps, Caritas est sur le point d'ouvrir une épicerie sociale. Il y a aussi des demandes portant sur la création d'une banque alimentaire au niveau cantonal. Avec la SASoc, nous sommes en train d'étudier cette hypothèse.

Mais en tout cas, nous sommes conscients que vraisemblablement ce type de prestation sera appelé à se pérenniser d'une manière ou d'une autre, peut-être pas dans l'intensité telle qu'on l'a connue durant la crise ou le pic de la crise du covid-19, mais c'est certainement quelque chose que l'on va devoir poursuivre. Maintenant, la priorité est surtout de pouvoir identifier quel est le besoin et qui pourra le mieux y répondre au niveau cantonal.

Autres Fragen des Generalrats