Astuces pour son jardin privé

Vis ta ville autrement et adopte les bons gestes.

La Ville de Fribourg souhaite mettre en avant les mesures en faveur de la biodiversité sur son territoire. Ainsi, elle vous invite à repenser votre coin de verdure par la mise à disposition de conseils pratiques et faciles à appliquer.

La charte des jardins:
Un engagement moral pour la biodiversité

Favoriser la flore indigène et la petite faune par quelques bonnes pratiques, rien de plus simple en adhérant à la Charte des Jardins accessible à tout un chacun : www.charte-des-jardins.ch. Vous trouverez ci-dessous un résumé des astuces tirées de la plate-forme d’information des services cantonaux de l’énergie et de l’environnement initiateurs de cet engagement envers un monde visant la préservation et l’augmentation de la biodiversité.
Floretia, pour aménager ton espace vert: 
Un biotope au plus proche de la nature
La plate-forme en ligne vous aidera à sélectionner les plantes adéquates pour obtenir un jardin riche en biodiversité. Qu’importe vos connaissances et votre budget, grâce aux conseils avisés des experts alimentant le site web, vous trouverez les outils nécessaires à la création d’une jolie zone en faveur de la faune et la flore : www.floretia.ch
Mission B:
Ensemble, fleurissons la Suisse
Afin de rendre tes efforts plus concrets et inspirer vos voisins proches ou lointains, participez à l’opération de la RTS, SRF et RSI, RTR et inscrivez vos mètres carrés de biodiversité sur : www.missionb.ch
Parlons gazon

Astuce n° 1

Un gazon tondu à raz et verdoyant nécessite beaucoup d’eau, d’engrais chimiques et de pesticides.

Ces produits s’infiltrent dans le sol avec la pluie et l’arrosage, et contaminent les cours d’eau et les nappes phréatiques. Ils contribuent aussi à polluer la maison, car on ramène les biocides à l’intérieur avec les chaussures.

On peut obtenir une belle pelouse naturelle en suivant ces conseils :
  • Tolérer les petites fleurs et le trèfle.
  • Tondre à une hauteur de 6 cm au minimum.
  • Utiliser une tondeuse qui hache l’herbe et qui plaque les déchets de tonte sur le terrain (mulching).
  • Scarifier le sol en automne et l’engraisser si besoin avec du compost.
  • Laisser pousser une bande d’herbe et ne pas la tondre tant qu’il y a des fleurs.
  • Choisir un mélange de graminées sans traitement chimique pour les nouvelles pelouses et envisager les mélanges « gazon fleuri » ou « prairie fleurie » d’origine indigène pour les coins qui n’ont pas besoin d’être tondus toute l’année.
  • Eviter l’utilisation systématique de biocides pour aider la nature à reprendre ses droits et permettre aux fleurs et insectes d’accomplir leur cycle de vie.
Jolies haies

Astuce n° 2

Les haies exotiques comme celles de thuyas, bambous et laurelles offrent très peu de nourriture aux oiseaux et à la petite faune.

Les haies « vives » ou « mélangées » généralement vendue en jardinerie sont constituées de variétés horticoles plus ou moins exotiques et hybrides sans plus‑value pour la biodiversité.

En revanche, une haie constituée de différents arbustes sauvages indigènes fleurit à différents moments de l’année produit fruits et graines variées.

Ce type d’arbustes est une source de vie précieuse :
  • Buis, if, houx, troène, charme et hêtre offrent un bon écran visuel.
  • Cornouiller, noisetier, prunellier produisent des fruits.
Poutze du jardin

Astuce n° 3

Lorsqu’on nettoie trop parfaitement son terrain, on participe à détruire la biodiversité et on supprime du matériel que la faune pourrait utiliser pour se cacher ou créer son habitat.

On peut d’ailleurs réaliser d’harmonieux hôtels pour la petite faune avec un arrangement de branches et de cailloux, agrémenté de plantes grimpantes.

Pour créer des abris pour la faune :
  • Laisser toute l’année dans un coin du jardin un tas de bois, de cailloux, de feuilles mortes, ainsi que des espaces d’herbes sèches.
  • Epargner quelques branches mortes ou creuses qui serviront d’abri pour la faune lors de la taille des arbres et les buissons si elles ne constituent aucun danger.
Chemin de traverse

Astuce n° 4

Les hérissons passent d’un jardin à l’autre pour trouver partenaire, point d’eau, source de nourriture et lieu d’hivernage... Or, les propriétés deviennent très cloisonnées, ce qui les oblige à passer par la route, prenant le risque de se faire écraser.

Les bordures de trottoir sont aussi des obstacles difficiles à franchir pour certains animaux, tels les tritons et les orvets. Quant aux écureuils, la disparition d’un arbre peut couper leur passage aérien, et les obliger à se déplacer au sol où les attendent les voitures, les chiens et les chats...

Pour faciliter le déplacement de la petite faune :
  • Laisser ou créer au moins un passage avec chaque jardin voisin (environ 12 x 12cm).
  • Penser aux écureuils lors de la taille des arbres en n’achevant pas la continuité du passage.
Halte aux toxiques

Astuce n° 5

Le nom « biocide » englobe toutes les substances chimiques conçues pour tuer moisissures acariens, pucerons mais aussi coccinelles et limaces jouant un rôle sérieux pour une lutte naturelle contre les parasites. Ces polluants utilisés à outrances polluent nos eaux et sont un danger pour la santé humaine.

La régulation naturelle est empêchée en cas de traitement préventif.

Patience et bon sens, un bon remède avant traitement chimique :
  • Choisir des plantes qui résistent bien aux maladies.
  • Suivre la loi en la matière. Depuis 2001, le désherbage par herbicide des allées, des chemins, des parkings et de leurs bordures est interdit. Si nécessaire, préférer le désherbage thermique.
  • Utiliser le moins de pesticides possible. Si besoin, choisir des biocides d’origine naturelle.
Et la Lumière fût

Astuce n° 6

La pollution lumineuse, soit l’excès d’éclairage extérieur, perturbe la vie et le rythme biologique de nombreux animaux nocturnes qui vivent dans les jardins : chauves-souris, hérissons, chouettes, crapauds, insectes...

Les lampes attirent certains papillons de nuit qui sont de précieux pollinisateurs et provoquent leur mort par épuisement.

La clarté artificielle augmente la vulnérabilité de la faune devenant ainsi une proie facile.

Pour préserver la vie nocturne et le repos de tous :
  • Eteindre l’éclairage du jardin lorsqu’il est inutile.
  • Préférer des lampes qui renvoient la lumière vers le bas.
  • Choisir des lampes LED, température de couleur de 2700°K (warm white, blanc chaud).
Alerte envahisseurs

Astuce n° 7

Certaines plantes originaires d’Asie ou d’Amérique sont en train d’envahir la nature en provoquant de véritables désastres écologiques, car elles se reproduisent vite et éliminent toutes les autres espèces là où elles se répandent.

Ces plantes déstabilisent les rives des rivières qui s’érodent en cas de crue.

Malheureusement, la plupart de ces plantes se reproduisant très facilement proviennent des parcs et jardins.

Pour ne pas favoriser l’expansion des plantes exotiques envahissantes dans la nature :
  • Eviter toute plantation de ce type et idéalement les arracher si elles poussent déjà chez soi.
  • Bannir le compost pour ces espèces et les donner à l’incinération.
  • Renoncer à planter les espèces suivantes*:

* illustrations Charte des jardins

Quand le chat est parti

Astuce n° 8

Sympathique animal de compagnie mais terrible prédateur des espaces verts. Il attrape les jeunes oiseaux qui commencent leur vie au sol, chasse les lézards, papillons et insectes en tout genre et s’attaque aussi aux petits rongeurs.

Un instinct naturel contre une densité trop élevée de chats par quartier. Environ 10 félins peuvent passer dans un même jardin durant une seule nuit. Dans la nature, un seul chat sauvage d’Europe couvre un territoire d’environ 3km2.

Pour tenter d’avertir les oiseaux de l’arrivée de mon chat :
  • Parer le félin d’une clochette ou d’un grelot qui tinte facilement.
  • Garder Félix à l’intérieur durant quelques jours, si de jeunes oiseaux sont sortis du nid et sont nourris à terre par leurs parents. Période usuelle : mai-juin
Ne pas déranger

Astuce n° 9

Un tas de branches et de feuilles abandonné depuis des mois ?

Attention avant de déblayer le terrain, le tas peut abriter une famille de hérissons, un nid de rouges-gorges, des tritons ou d’autres amphibiens qui sont tous très menacés.

Pour être en accord avec l’Ordonnance sur la protection de l’air (OPair), les feux de jardin sont interdits dans la plupart des communes suisses. Il est interdit de brûler des ordures ménagères et d’autres matériaux, meubles ou produits.

Pour éviter de tuer ou blesser les animaux qui hibernent ou nichent :
  • Eviter de détruire mon vieux tas de branches et de feuilles durant les périodes de nidification et d’hibernation, si nécessaire, effectuer ces mesures au mois d’août et septembre.
  • Respecter les directives communales par rapport aux feux et à l’utilisation de l’eau.
Barbote en paix

Astuce n° 10

Lieu de plaisir et de détente, la piscine peut se transformer en tombeau pour les hérissons et les amphibiens qui s’y élancent en croyant avoir affaire à un plan d’eau naturel.

Sans rampe de sortie, l’animal nage tout autour du rebord, jusqu’à ce qu’il se noie d’épuisement...

De nuit, l’éclairage disposé sous la surface favorise la noyade des papillons de nuit.

Pour ne pas provoquer de noyades d’insectes et d’autres animaux :
  • Eteindre les lumières de la piscine si elles ne sont pas nécessaires.
  • Faciliter la sortie des baigneurs improvisés en disposant une petite planche permanente non glissante (10 cm de large, avec des rainures antiglisse ou des petites réglettes) qui permettra à la petite faune de ressortir de l’eau.