Question n° 24 - Infrastructures de football dans le quartier du Schönberg

M. Vonlanthen (PS)

Question

Le FC Schönberg est un club sportif qui compte onze équipes, dont une de deuxième ligue, et permet à plus de 300 membres de pratiquer une activité sportive de proximité importante pour la cohésion sociale du quartier.

Les infrastructures dont disposent le FC Schönberg ne permettent plus l’exercice de la pratique footballistique de manière décente. En l’état, le terrain de Mon-Repos, dont la Ville est propriétaire, ne répond plus aux normes de l’ASF. Ceci contraint certaines équipes à ne pas pouvoir jouer à domicile. Cet état de fait entraîne un manque à gagner important pour le club. Les éclairages hérités des terrains du Guintzet sont insuffisants pour jouer en soirée et, actuellement, alors que les jours vont déclinant, deux lampadaires ne fonctionnent plus. De plus, malgré des demandes répétées du FC Schönberg, il n’y a toujours pas de lumière sous le préau de la buvette. Les anciens casiers des vestiaires ont été débarrassés, mais pas remplacés. Il n’y a plus de poubelles autour du terrain de Mon-Repos, ce qui engendre un afflux de déchets. Tout ceci s’apparente à de la négligence d’une infrastructure communale.

Dans ce contexte, je prie le Conseil communal de bien vouloir répondre à ces questions:

  • Le Conseil communal partage-t-il l’appréciation d’insuffisance des infrastructures de football, plus largement sportives, dont dispose le quartier du Schönberg en comparaison de sa population et de l’importance de certains de ses clubs sportifs?
  • Le Conseil communal entend-il rapidement – dès cet autonome – faire le nécessaire pour remettre en état le terrain de Mon-Repos?
  • Le Conseil communal peut-il nous renseigner sur l’état des discussions devant mener à la création d’un nouveau terrain de footall sous le pont de la Poya?
  • Si cette option ne devait pas pouvoir se concrétiser, le Conseil communal entend-il entreprendre d’autres démarches pour pallier à ce manque d’infrastructures, telles que par exemple l’achat d’un terrain adéquat en bordure du territoire de la ville?

Réponse du Conseil communal

Au sujet de la problématique des projecteurs, le Conseil général avait voté le montant nécessaire. Le Conseil communal avait annoncé que, dans la réflexion de remplacement de ces projecteurs, il ferait notamment attention à la pollution lumineuse, vu l'endroit sensible où est situé ce terrain (habitations sur le pourtour). Aujourd'hui, les offres sont rentrées et il est prévu de construire des fondations cet automne, à la fin du premier tour du championnat, puis de poser les mâts avant le début du deuxième tour. Néanmoins, avant de concrétiser ces travaux, il reste une dernière étape qui consiste en un dépôt de rapport au Conseil communal. Si tout va bien, c'est une affaire qui pourra être liquidée cet automne.

Pour ce qui est de l'insuffisance d'infrastructures de football, plus largement sportives, dans le quartier du Schönberg, le Conseil communal s'est prononcé à moultes reprises. Il a compris ce manque d'infrastructures et l'importance de ce sport, notamment en termes d'intégration et de santé. D'ailleurs, une étude avait été faite lors de la législature passée. Elle arrivait aux mêmes conclusions et est à disposition des membres du Conseil général.

Concernant un éventuel terrain de football sous le pont de la Poya, les discussions n'ont à ce stade pas bougées.

Au sujet de votre dernière question qui demande un plan "B", c'est-à-dire l'achat d'un terrain situé en bordure de la ville, j'ai le sentiment que si ce terrain existait et pouvait être mis dans une zone permettant l'implantation d'un terrain de football, avec le fonds de politique foncière que vous avez accepté, je ne verrais aucune raison pour lesquelles le Conseil communal ne pourrait pas proposer au Conseil général de l'acquérir.

Autres Fragen des Generalrats