Image
Requalification de la place de la Gare

Requalification de la place de la Gare et de ses abords

Le projet de réaménagement du secteur de la Gare doit permettre à Fribourg de se doter d’une porte d’entrée à la hauteur de son statut de chef-lieu cantonal. Considérée à juste titre comme le centre de la cité des Zaehringen, à l’intersection de l’axe médiéval (dans le prolongement de la rue de Romont) et de l’axe du XIXe siècle (boulevard de Pérolles), la place de la Gare est également le centre névralgique du canton tout entier. Elle absorbe chaque jour près de 75'000 personnes, comprenant le flot des 25'000 utilisatrices et utilisateurs des CFF et du BLS qui se déversent depuis les quais de la gare en provenance des quatre coins du canton et d’ailleurs, les 30'000 utilisateurs·rices quotidiens·nes des TPF rejoignant l’un des quelque 2000 bus desservant la gare de Fribourg, et le transit de 10'000 à 20'000 piétons·nes et cyclistes dans le secteur.

La modernisation et l’agrandissement de la gare de Fribourg entamée par les CFF prévoit l’allongement des quais et la création d’un nouveau passage inférieur, engendrant une augmentation du nombre de voyageurs en gare de Fribourg. Le projet de la place de la Gare permet donc également de répondre aux transformations planifiées par les CFF.

Étant le lieu sur lequel voyageurs·euses, touristes ou étudiants·es portent leur premier regard sur Fribourg, la place de la Gare joue également le rôle de carte de visite pour la ville. Le réaménagement du secteur, et tout particulièrement de la place de la Gare, doit donc permettre de constituer la centralité fribourgeoise majeure du XXIe siècle, en rendant cet espace aux habitants·es de la ville et en y favorisant les rencontres et les échanges. Car, contrairement à d’autres quartiers ou places qui ne sont utilisées que par leurs habitants·es, la place de la Gare l'est par tous·tes les Fribourgeois·es. Elle doit servir d’espace de transbordement entre les transports nationaux, régionaux et urbains et aussi être un espace d’attente, de repos ou de délassement.

Le réaménagement doit servir à la mise en valeur de l’ensemble du patrimoine bâti du secteur, qui se caractérise par une typologie en îlots, desquels se détachent des éléments solitaires tels que le temple, l’Ancienne Gare, la Poste, la tour de La Bâloise, la Banque cantonale de Fribourg ou encore le théâtre Équilibre. Jusqu'ici, l’espace public entre ces éléments construits n’avait pas fait l’objet d’une réflexion globale ni d’un véritable projet. Il n’avait jamais dépassé le stade d’espace résiduel. Le défi du projet de requalification est donc de donner à la place de la Gare et à ses abords une identité et une qualité propre, au service des habitants·es, en dialogue avec les éléments qui la composent et en cohérence avec les deux principaux axes urbains cités plus haut.

Objectifs du concours

Afin d’obtenir le meilleur projet pour initier un réaménagement à court terme et répondre aux exigences de mise en concurrence selon la loi sur les marchés publics, le Conseil communal avait opté pour un concours de projets à un degré en procédure ouverte, à l’intention d’architectes et/ou d’architectes paysagistes. 

L’organisation du concours ouvert selon le Règlement SIA 142 était le garant de l’obtention de propositions de qualité, tant pour l’aménagement des espaces publics que pour le développement de solutions pour la réorganisation de l’interface transports publics des bus urbains.

Les objectifs à atteindre dans le cadre du concours de projet peuvent être regroupés en trois thématiques: épurer, connecter, reconfigurer.

Épurer

Les divers espaces du périmètre du concours comprennent de multiples aménagements réalisés par secteurs, mais sans vision d’ensemble.

Afin de redonner de la place et de fluidifier les circulations dans ces espaces, il est nécessaire de libérer le sol des nombreux éléments qui entravent le déplacement des utilisateurs·rices. Les coupures que sont les voies de circulation automobile, l’utilité et/ou la position des kiosques et des arrêts de bus, la verrière de la gare ou encore la vélostation doivent être questionnées. Afin de faciliter les accès aux piétons·nes, certains éléments seront amenés à disparaître alors que d’autres trouveront une nouvelle position dans l’espace réaménagé. L’épuration de ces espaces permettra de faire de la place et du même coup de faire LA place.

Épurer ne signifie pas vider l’espace public de toutes ses composantes. L’objectif est de créer un lieu de vie à dimension sociale et de proposer des espaces favorables et appropriables par toutes et tous (piétons·nes pressés·es, promeneurs·ses ou personnes à l’arrêt) en fonction de l’usage du moment.

Connecter

La place de la Gare est un lieu charnière en ville de Fribourg et permettra diverses connexions : 

  • Connecter la ville ancienne au plateau de Pérolles. En effet, la place de la Gare est un pivot entre la ville historique et les quartiers du XIXe situés au sud, sur le plateau de Pérolles.
  • Connecter les quartiers situés à l’est et à l’ouest des voies de chemin de fer. La gare n’offre qu’une seule façade à la ville. Elle doit donc s’ouvrir vers l’ouest, afin d’éviter la dimension monoface. Il faut garantir une gare accessible de chaque côté et intégrée à la ville par le biais de la création d’un véritable réseau d’espaces publics. La place de la Gare servira d’interface entre les quartiers résidentiels des collines et le centre-ville, grâce aux différents passages inférieurs, dont le nouveau passage prévu au sud, entre la route des Arsenaux et le carrefour Richemond.
  • Connecter le chapelet de places du périmètre défini pour le concours. Le parvis devant la gare, celui de l’Ancienne gare, celui de la Poste et la place Jean-Tinguely devant Équilibre doivent être reliés les uns aux autres. La connexion via les espaces publics permettra d’établir une continuité et une animation de la vie urbaine, depuis le boulevard de Pérolles et la route des Arsenaux jusqu’à la rue de Romont, en passant par la place de la Gare et en y intégrant les esplanades de la Poste et d’Équilibre. La dilatation de la place de la Gare permettra de réduire la convergence des flux, actuellement concentrés sur la place principale, par la création d’un réseau de places et d’une multiplication des accès.
Reconfigurer

Le réaménagement doit permettre la création d’une place permettant aux habitants·es et aux passants·es de s’y sentir bien. Il doit favoriser les flux piétons·nes et permettre aux usagers·ères de s’orienter et de changer facilement de mode de transport, de jour comme de nuit. La mobilité doit être reconfigurée et les arrêts de transports publics, repensés. L’interface de transports publics, facilement lisible pour les usagers·ères, doit être agendée de manière à offrir un accès fluide, confortable et sûr. Elle doit être organisée de manière à permettre non seulement des transbordements de qualité entre les différents systèmes de transports publics mais encore d’absorber l’augmentation prévue des utilisateurs·rices.

Le traitement et la matérialité du sol, ainsi que le positionnement des différents éléments de mobilier urbain qui composent la place doivent être étudiés (position des bancs, des arbres, des arrêts de bus, des mâts d’éclairage, des points d’eau, etc.).

Projet lauréat

Dans le cadre du concours, 32 projets avaient été réceptionnés et analysés par le jury.

À la suite de deux jours de délibération, le jury s’était prononcé à l’unanimité en faveur du projet JO, développé par l’équipe composée des bureaux Hager Partner AG, architecte paysagiste à Zürich, Basler&Hofmann AG, entreprise d’ingénieurs-conseils et de planification à Zürich et Van de Wetering, architecte à Zürich. Le Conseil communal, se fiant aux nombreuses qualités reconnues au projet lauréat, avait pris la décision de suivre la recommandation du jury et de lui attribuer le mandat pour la poursuite des études dans le cadre du concours de projet.

Le rapport du jury rappelle les objectifs et programme du concours et présente les projets et jugement du jury.

Avant-projet et projet

Sur la base du projet lauréat, une première phase d'avant-projet a été réalisée. Elle a permis de préciser le projet rendu dans le cadre du concours ainsi que de le chiffrer. Elle a également servi à la préparation du message du Conseil communal au Conseil général relatif au crédit d'étude pour la requalification de la place de la Gare et de ses abords.

L'obtention du crédit d'étude a autorisé le lancement de la deuxième phase de l'avant-projet et d'entamer toutes les vérifications nécessaires en terme de faisabilité, de mobilité, de fonctionnement et d'aménagement.

Une transformation totale

Quant au projet lui-même, sa première phase (périmètre 1, lire ci-après) est mise à l'enquête au printemps 2022. Il permettra de sortir du hall de la gare et de découvrir une vaste place, aérée, de s'installer sous la canopée formée par les arbres du Salon-vert, de flâner vers Équilibre sur les larges trottoirs de l'avenue de la Gare plantés de nouveaux arbres et équipés de bancs. Les trois-quarts de la surface totale seront à dominance piétonne; le secteur sera en effet fermé aux transports motorisés individuels, privilégiant la mobilité douce. Pour lutter contre la chaleur, les habitants·es pourront compter sur des allées ombragées et des surfaces perméables en graviers. En tout, 56 arbres seront plantés (contre 28 actuellement) dans des conditions de développement adapté au milieu urbain. Les arrêts de bus seront redistribués, la marquise et son édicule, supprimés. Avec 1'500 places de vélos créées, 5 parkings à moins de 300 mètres à pied de la gare, la porte d'entrée de Fribourg sera totalement requalifiée. Ainsi valorisée, la gare et ses abords seront rendus aux Fribourgeois·es, qui pourront se réapproprier cet espace public stratégique.

Périmètre 1

Le périmètre 1 concerne le carrefour Pérolles-Arsenaux, la place de la Gare et l'avenue de la Gare. Il est mis à l'enquête conjointement avec le pavillon situé dans le futur Salon-vert (sis sur l'actuel parking de stationnement courte durée). Le pavillon accueillera pour sa part le kiosque et le magasin de fleurs présentement hébergés sur la place de la Gare. Conçu en béton et en métal, son sous-sol abritera le local d’une fontaine et deux surfaces de stockage. L'aménagement du parvis de la gare et la construction de ce pavillon nécessitera la suppression de 13 places de parking sur les 37 existantes. De généreux couverts seront construits, des arbres à grand développement seront plantés et les quais de bus, mis aux normes de la Loi sur l'égalité pour les handicapés (LHand).

Elément central du projet, la fontaine Jo Siffert s’intégrera dans la pente de la place par un système de gradins. Seuls les bus, les taxis et les véhicules de livraison emprunteront l’avenue de la Gare, permettant la création de larges trottoirs, d’assises et d’arceaux vélos et la plantation de tilleuls à grand développement. Les parties impliquées de la route des Arsenaux et du boulevard de Pérolles profiteront du même type d’aménagement.

La requalification de la place de la Gare est financée par la Ville de Fribourg. Un cofinancement est espéré au titre des projets d’agglomération dont le projet présenté fait partie. Le développement du projet s'est fait en étroite collaboration avec l'Agglomération de Fribourg, les TPF, les CFF ainsi que les associations de personnes à mobilité réduite.

Informations complémentaires:
Planning

Le planning suivant est indicatif et dépend fortement de la réalisation des projets connexes menés par des privés: 

Printemps 2022
Mise à l'enquête du périmètre 1 et du pavillon
2023
Mise à l'enquête des périmètres 2 et 3
2025
Début des travaux
2030-32
Fin du chantier