Requalification du Bourg

Les périmètres de la requalification du Bourg

La requalification du Bourg s’articule en 3 étapes :

  • L’étape 1 porte sur la requalification des abords de la Cathédrale, de la Place des Ormeaux, l’assainissement des escaliers du Pont de Zaehringen et la relocalisation des places de stationnement à la Route de Bourguillon.
  • L’étape 2 inclut la Place de Notre-Dame et le secteur de la basilique éponyme, le périmètre environnant le Musée de Niki de Saint Phalle, la Rue du Pont-Muré, la Place Nova Friburgo, la Place du Petit-Paradis et la Route des Alpes inférieure.
    Cette étape prévoit également le développement d’une nouvelle infrastructure de stationnement, le parking du Petit-Paradis, sis à l’intersection de la Rue et la Route des Alpes.
  • L’étape 3 comprend : d'une part le réaménagement de la Grand-Rue, de la Place de l’Hôtel-de-Ville, de la Rue Pierre-Aeby, de la Place du Marché-aux-Poissons et de la Rue de Morat, d'autre part la requalification du Pont de Zaehringen.

En outre, il est prévu d’étudier la réalisation d’une liaison verticale entre le Bourg et l’Auge afin d’améliorer la connexion entre ces deux secteurs et leur attrait touristique.

Sélection du projet

La base légale du PDVH ayant été établie au mois de mars 2014, le Conseil communal de la Ville de Fribourg a lancé, en mars 2015,le concours d’aménagement dont l’objectif est la concrétisation de cette vision directrice.

Dans le but d’obtenir le meilleur projet et d’initier une requalification à court terme, le Conseil communal a opté pour une procédure ouverte de

  • concours de projet sur le secteur de la Cathédrale et du Pont de Zaehringen ;
  • concours d’idées sur les secteurs Grand-Rue, Ormeaux, Notre-Dame, Hôtel-de-Ville, Nova Friburgo, Petit-Paradis, Rue Pierre-Aeby, Marché-aux-Poissons et Route de Morat, ainsi que sur la connexion entre le Bourg et l’Auge, inscrivant le tout dans une vision globale et cohérente.

L’organisation du concours ouvert selon le Règlement SIA 142 était le garant de l’obtention de propositions de qualité tant pour l’aménagement des espaces publics que pour le développement de solutions de stationnements compensatoires. C’était aussi un processus déterminant pour obtenir une entrée en matière du Service des biens culturels et de l’Office fédéral de la culture quant à la possibilité de construire en souterrain (interdit sur le principe dans ce périmètre protégé d’intérêt national) dans le contexte extrêmement sensible du Bourg.

Les objectifs du concours organisé par la Ville de Fribourg coïncidaient en tous points avec ceux formulés dans le PDVH.

Dans le cadre de ce concours, 27 dossiers ont été rendus et analysés par un jury composé de membres professionnels, d’experts en matière de patrimoine et des sites historiques, de représentants de centres d’intérêts locaux, de spécialistes-conseils et de représentants politiques.

Donnant suite aux délibérations, le jury s’est prononcé à l’unanimité en faveur du projet développé par le bureau d’architecture Studio Montagnini Fusaro associé à l'éclairagiste Susanna Antico.

Le Conseil communal, se fiant aux nombreuses qualités reconnues au projet lauréat, a pris la décision de suivre la recommandation du jury et de lui attribuer le mandat pour la poursuite des études, aussi bien dans le cadre du concours de projet que dans le cadre du concours d’idées.

Le rapport du jury rappelle les objectifs et le programme du concours. De plus, il présente les projets et appréciations du jury.

Image

Place Sainte-Catherine (illustration de nuit) - Architecte: Studio Montagnini Fusaro

Principe à la base du projet

Le principe à la base de la requalification du Bourg est une mise en scène discrète qui propose d’enlever les éléments incohérents pour créer une unité nouvelle et retrouver la qualité d'origine des espaces publics du centre historique du Bourg. Tout en conservant le caractère spécifique de chaque lieu, son unicité et son histoire, le projet valorise le site en conférant un dessin unitaire et cohérent à l’ensemble des espaces publics afin de les replacer au centre de la vie des habitants. Les espaces sont repensés comme des lieux de détente et de rencontre. L’identité retrouvée de ces lieux en fait des points de repère. Ils sont imaginés comme des lieux d’intégration sociale, accueillants, ouverts, favorisant la rencontre, l’échange et leur appropriation par les utilisateurs. Pour ce faire, le projet réduit l’impact des véhicules motorisés afin de libérer une grande partie de l’espace public et de rendre leur juste place aux piétons et à la mobilité douce.

La volonté d’aménager un espace unitaire sans différenciation évidente entre les zones piétonnes, les trottoirs et la chaussée, a mené au choix d’un pavage continu qui se développe de façade à façade. Les surfaces en bitume, y compris les chaussées, sont remplacées par un pavage continu, en grès calcaire de Flysch. Pour garantir un effet anti dérapant et faciliter le déplacement des personnes à mobilité réduite, les pavés sont sciés et flammés sur toute la surface du Bourg.

L'espace carrossable s’harmonise avec l’espace public piéton et la texture chromatique typique du grès fribourgeois devient un élément fort de l'espace requalifié. Economique, ce projet promeut une image renouvelée du lieu.

Une étude de l'éclairage public complète le projet. Elle permet de créer un environnement nocturne attrayant et agréable pour les habitants et les visiteurs. Bénéficiant d’une orientation claire et facile le soir et la nuit, les promeneurs pourront ainsi profiter de l'atmosphère nocturne de la ville en toute sécurité.

Étape 1

Le projet de requalification de la Cathédrale, principal point de repère de la ville historique, a pour objectif de valoriser ses abords et rendre les espaces publics qui la jouxtent agréables et attirants. Le dessin du pavage souligne admirablement le parvis de l’église et renforce le sentiment de (re)découverte du lieu.

Pour inciter à l’animation du lieu, la Ville souhaite requalifier l’Ancienne Douane. Des discussions sont actuellement en cours avec l’Etat de Fribourg au sujet d’une nouvelle affectation à vocation publique (encore à définir) donnant sur la place Sainte-Catherine. Il est prévu d’ouvrir les arcades de la Douane afin de renforcer la relation avec l’espace extérieur et de stimuler la fréquentation du lieu. Le long de la rue des Bouchers, une partie de la place est modifiée pour gagner une surface accueillant les terrasses des restaurants voisins, en zone piétonne.

Image

Place Sainte-Catherine (illustration) - Architecte: Studio Montagnini Fusaro

La place des Ormeaux, lieu à vocation ludique et commerciale, est requalifiée en s’inspirant du projet originel du XIXe siècle. Suite à la suppression du stationnement des voitures, un espace piéton, entouré par un péristyle arboré, remplace le parcage existant. Le système ordonné d'arbres délimite au centre une surface semi-perméable. Il s’agit du cœur de la place, un espace polyvalent bordé par des bancs et qui accueille la terrasse du Café des Arcades. Sur la base des plans et des images historiques, le projet propose de reconstituer la double rangée d'arbres qui bordait à l’origine la rue du Pont-Muré, soulignant ainsi la connexion piétonne entre la place de Nova-Friburgo et la place de Notre-Dame.

Quant à l’assainissement et le réaménagement de l’escalier du pont de Zaehringen, il est nécessaire en raison de son mauvais état structurel. La valorisation réelle de l’ouvrage est liée à la requalification de l’espace et du système végétal qui l’entourent. L’analyse du site démontre en effet que l’escalier fait partie d’un contexte architectural et paysagé plus ample, qui comprend les terrasses, les murs et la végétation environnante. S’impose alors la nécessité d’un concept unitaire embrassant la requalification de l’ouvrage architectural avec le réaménagement paysagé de l’ensemble des lieux. Le traitement du système végétal doit valoriser la présence de l’escalier en tant qu’élément constitutif du patrimoine historique de la ville, en dialogue direct avec le pont de Zaehringen, dont l’escalier est contemporain.

Étape 2

Le réaménagement de la place de Notre-Dame fait suite à la suppression des places de stationnement en surface. La forme rectangulaire de l’espace est clairement définie par les façades des bâtiments ainsi que par la nouvelle arborisation de la place des Ormeaux. La nouvelle rangée de six arbres, devant la façade du bâtiment de la Grenette, protège de son ombre les terrasses et les bancs et renforce la géométrie de la place. La Fontaine de Samson, déplacée en 1957, retrouve sa position d’origine.

Le maintien de l'accès existant au parking de la Grenette implique de conserver le passage des véhicules sur la place. Ce passage, suggéré le plus discrètement possible, définit deux espaces à vocations différentes: côté église, une surface vaste pouvant accueillir des événements publics; côté Banque Cantonale, une zone animée par la terrasses du restaurant et valorisée par la présence de la Fontaine de Samson.

Image

Place Notre-Dame (illustration) - Architecte: Studio Montagnini Fusaro

La requalification de la rue du Pont-Muré s’inscrit dans une vision globale intégrant la place des Ormeaux, qu’elle borde, ainsi que la place de Nova-Friburgo et la place de Notre-Dame, qu’elle relie. Conformément à l’esprit du projet, il est prévu de réduire l’emprise des voies de circulation sur la rue. Ce rétrécissement de la chaussée, permettant d'élargir le trottoir du côté du restaurant du Gothard, n’entravera en rien la fonction d’interface de transport public de la rue du Pont-Muré.

La place de Nova-Friburgo donne aujourd’hui l’image d’un lieu de passage incohérent et fragmenté, un patchwork où plusieurs intentions se sont juxtaposées sans suivre de dessin unitaire. Afin de conférer à ce lieu de convergence l’image d’une véritable « place », le projet propose un traitement uniforme du sol grâce à un pavage en grès de Flysch. La place, fortement inclinée vers le sud, se transforme en un socle devant le Café du Rendez-vous. Ce dernier, valorisant la façade du bâtiment au nord permet de retrouver un dialogue plus efficace avec la toiture-terrasse du bâtiment des Arcades et de l’Hôtel de Ville qui lui fait face. Le socle est pensé pour accueillir la terrasse du café, des plantations basses ainsi qu’une longue assise dans sa partie inférieure permettant aux promeneurs des'assoir et s’approprier le lieu.

Aux abords de la place du Petit-Paradis, les surfaces actuellement occupées par les voitures sont libérées et piétonnisées. La fontaine existante retrouve ainsi sa centralité et les bancs qui l’entourent sont restaurés permettant aux habitants de profiter du caractère convivial du lieu. Une nouvelle rangée d’arbres s’aligne à l’ancien escalier qui mène à la rue de la Tête-Noire et borde la place au nord. Les arbres nouvellement plantés sont entourés de bancs circulaires offrant ainsi de nouveaux lieux de repos aux usagers.

Au sud de la place du Petit-Paradis, la parcelle privée sise à l’intersection de la rue du Tilleul et la route des Alpes, accueillera l’entrée du futur parking du Petit-Paradis. Les espaces publics de la place du Petit-Paradis se prolongent alors sur la toiture terrasse de la future entrée du parking qui accueille un petit jardin. Celui-ci, offrant une vue de choix sur le Bourg et la Cathédrale Saint-Nicolas, fait aussi office de belvédère.

La proposition retenue pour développer l’étude du nouveau parking s'appuie sur des conditions définies avec le Service des biens culturels et les ingénieurs en charge du projet. Le secteur proposé pour l’implantation du nouvel ouvrage est d’autant plus favorable qu’il s’agit d’une zone de remblai; ainsi l’impact du parking projeté en sera d’autant plus limité. Il conviendra malgré tout d’intégrer la question de la reconversion dans l’étude de cette infrastructure, qui, dans une vision à long terme, pourrait être amenée à accueillir d’autres fonctions que celle du stationnement. Il y aura lieu de s'assurer que la structure de l’ouvrage ne rende pas impossible la modification de l'utilisation de l'espace de stationnement, mais qu’au contraire, elle l'anticipe.

Transformation du bâtiment des Arcades

Le bâtiment des Arcades est un édifice historique emblématique datant de 1688 qui appartient à la Ville de Fribourg. De par sa géométrie ordonnée, le bâtiment forme une composition classique avec le péristyle arboré de la place des Ormeaux qui sera à terme requalifiée.

Au niveau du rez-de-chaussée, le projet prévoit l’agrandissement du café par l’intégration des 2 trames occupées par la cuisine existante ainsi que la création d'un local polyvalent pour accueillir des expositions ou d’autres événements. Le 1er étage est transformé afin d’intégrer la nouvelle cuisine professionnelle et les sanitaires desservant aussi bien le café du rez-de-chaussée que le bar du pavillon du Bletz.

Le projet prévoit une transformation des espaces dans le respect de la substance existante de ce bâtiment protégé afin de ne pas dénaturer l’image du café populaire séculaire. L'assainissement structurel du bâtiment est nécessaire afin de garantir l’accès à la terrasse en toiture du bâtiment des Arcades (le Bletz) qui est actuellement limité dans le cadre de manifestations de masse, en raison de problèmes statiques liés à la portance de la dalle de toiture. L'exploitation du pavillon du Bletz est envisagée en relation avec la terrasse susmentionnée, créant de ce fait un pendant à la terrasse du Café des Arcades dont l’implantation est projetée sur la nouvelle Place des Ormeaux, libérée des places de stationnement.

Image

Transformation du Café des Arcades (illustration) - Architecte: Studio Montagnini Fusaro

État d'avancement et planning

Etat d’avancement

octroi du crédit d’étude étape 1
11 octobre 2016
mises à l’enquête publique étape 1
Place des Ormeaux : 22 septembre 2017
Abords de la Cathédrale : 17 novembre 2017
octroi du crédit d’étude étape 2
29 octobre 2018

Planning et étapes suivantes de financement

Le planning prévisionnel des études et de la réalisation du projet de la requalification du Bourg s’articule comme suit :

Décembre 2019
Procédure de mise à l’enquête étape 2
Novembre 2019
Message pour le crédit d’ouvrage étape 1
Octobre 2020
Message pour le crédit d’ouvrage étape 2

(sous réserve des décisions politiques à prendre par les autorités compétentes et aux procédures légales et réglementaires soumises à recours.)