Image
Sarine revitalisée -- image de synthèse.

Revitalisation de la Sarine

La revitalisation de la Sarine représente un projet d'envergure à la fois hydraulique et paysager. Elle vise autant à rétablir des processus naturels pour améliorer l'état écologique du cours d'eau et pour réduire la vulnérabilité face au risque, qu'à valoriser le patrimoine naturel et bâti de la rivière et de ses abords et à permettre à la population de s'approprier le cours d'eau.

Le projet de revitalisation de la Sarine ambitionne:

  • d'ouvrir de nouveaux espaces de loisirs et de convivialité, tout en rétablissant une dynamique alluviale proche de l'état naturel et en favorisant des écosystèmes diversifiés et typiques de la rivière;
  • de renforcer les usages en lien avec l'eau (navigation, sports nautiques, etc.);
  • d'établir des continuités pédestres et cyclables au bord de l'eau et vers la ville: de nouveaux itinéraires seront offerts aux habitants de l'agglomération, permettant la découverte de lieux emblématiques de l'histoire fribourgeoise.

Planning

2011-2012
Études préliminaires
2013-2014
Phase concept, première étape
2017
Phase concept, deuxième étape: démarche participative
2017-2018
Phase concept, deuxième étape: mandats d'étude parallèles (MEP)
2020
Message crédit d'étude
2020-2022
Études
2023
Message crédit d'ouvrage
2023-2025
Travaux
2011-2012: Études préliminaires

En 2011, l'Association La Frayère, en collaboration avec le WWF et la Fédération fribourgeoise des sociétés de pêche, a commandé une étude de faisabilité (PDF) pour la revitalisation de la Sarine en ville de Fribourg. Suite à cette initiative, la Ville a décidé fin 2012 d'élaborer un concept pour cette revitalisation. Pour cela, elle a mis sur pied une organisation de projet dont elle assure la direction. Les Services de l'Etat concernés et un représentant de l'association La Frayère ont alors été intégrés dans un groupe de soutien.

La démarche de travail suivante a été validée:

  1. Concept (dont démarche participative et mandats d'étude parallèles)
  2. Avant-projet
  3. Projet d'exécution
  4. Réalisation

Le groupe de travail a choisi de réaliser la première phase (le concept) en deux parties: une première étape ayant pour objectif de définir l'état initial et de fixer l'état de référence; une seconde étape élaborant des variantes d'aménagement au moyen d'une procédure de mise en concurrence (concours ou mandats d'étude parallèles) permettant de sélectionner la meilleure proposition.

2013-2014: Phase concept, première étape

Pour la première étape du projet, la Ville de Fribourg a décidé de confier un mandat de gré à gré à CSD Ingénieurs SA, associé à Paysagestion SA. Objectif: élaborer un concept pour la revitalisation de la Sarine depuis le secteur de la Maigrauge jusqu'en amont de la STEP de Fribourg (4 km). Le cahier des charges a été rédigé par la Ville de Fribourg en collaboration avec la Section lacs et cours d'eau de l'Etat de Fribourg, afin de répondre aux exigences du Canton et de la Confédération.

L'étude visait les buts suivants:

  • analyser l'état actuel du cours d'eau selon cinq domaines: paysage, usages de l'eau, aménagement du territoire, écosystème, dangers naturels et aménagements du cours d'eau;
  • définir des lignes directrices: établissement d'une vision de développement à long terme pour la Sarine;
  • déterminer les objectifs spécifiques de développement pour les cinq domaines susmentionnés.

Le document de restitution du concept (PDF) a été délivré le 28 mars 2014.

2017: Phase concept, deuxième étape: démarche participative

L'atelier participatif "Revitalisons la Sarine!" a eu lieu le 30 mars 2017 à l'Espace Saint-Jean, situé à la Planche-Supérieure, à proximité de la Sarine. La démarche a été pilotée par la Section lacs et cours d'eau de l'Etat de Fribourg en collaboration avec le Service d'urbanisme et d'architecture, et conduite sur mandat par le bureau Urbaplan SA. Elle a réuni 35 acteurs issus des milieux professionnels et associatifs, leur donnant la possibilité de livrer leurs constats sur l'état actuel du cours d'eau et de ses environs, et de formuler des attentes quant à l'avenir. En complément à la phase 1 du concept, centrée sur les aspects techniques liés à la revitalisation, cette démarche participative a constitué une base pour l'élaboration du programme destiné aux équipes des MEP, avec une approche davantage centrée sur les usages et l'espace public.

Les résultats de cet atelier sont consignés dans le rapport de synthèse (PDF) et une carte. Ces documents ont constitué des annexes du programme des MEP mis à disposition des candidats. L'atelier s'est révélé très riche et constructif. Il a permis de mettre en valeur des éléments importants, afin que les équipes des MEP formulent des propositions pertinentes, informées par les perceptions des utilisateurs et des gestionnaires de la Sarine.

2017-2018: Phase concept, deuxième étape: mandats d'étude parallèles (MEP)

Les mandats d'étude parallèles (règlement SIA 143) valent une mise en concurrence selon la loi sur les marchés publics.

Le programme des mandats d'étude parallèles (MEP) rédigé sur la base des étapes précédentes du projet a été validé par le Collège d'experts, par la Commission des concours SIA 142/143 et par le Conseil communal.

Un appel à candidature de juin à juillet 2017 a permis de sélectionner cinq équipes participantes:

  • Quadra gmbh / Hunziker / Aqua Plus
  • Paysage n'co / Perret-Gentil+Rey / Triform
  • Verzone Woods / Zamparo / Repetti / CSD Ingénieurs / Idealp
  • ADR / B+C / Biotec / ZS Ingénieurs
  • Tamarin: Ilex / SD Ingénieurs / Biol Conseil / N. Luyet

Les équipes ont développé des variantes d'aménagement entre octobre 2017 et juin 2018. Un dialogue intermédiaire avec le Collège d'experts s'est tenu le 19 avril 2018. Au cours de cette journée, les cinq projets intermédiaires ont été présentés individuellement puis discutés avec le Collège d'experts. Le dialogue, complété par des recommandations écrites à l'intention de chaque équipe, a permis de préciser et d'orienter les projets avant le rendu final.

Le 4 juillet 2018, le Collège d'experts s'est réuni pour l'examen final des cinq projets. Sur la base des critères énoncés dans le programme des MEP, et après une audition et un dialogue avec les cinq équipes, il a recommandé à l'unanimité à la Ville de Fribourg le choix du projet de l'équipe Tamarin.

Les travaux et discussions issus des MEP sont consignés dans le Rapport final du Collège d'experts.

Le projet retenu répond pleinement aux ambitions énoncées par le cahier des charges. Le Collège d'experts a apprécié la force de la proposition et a relevé à la fois l'économie de moyens, la clarté, la précision et la simplicité du projet. La présentation des planches est riche en dessins et notes explicatives.

Le Conseil communal a validé la recommandation du Collège d'experts durant sa séance du 21 août 2018. L'équipe Tamarin se voit attribuer le mandat d'étude et la réalisation du projet.

Afin de continuer l’interaction lancée par le premier atelier participatif du 30 mars 2017 et dans un but de capitaliser les précieuses informations qui y ont été récoltées, les mandataires ont présenté le projet lauréat aux participants d’un deuxième atelier participatif le 27 septembre 2018. Ils y ont démontré, point par point, comment le projet Tamarin apporte une réponse spatiale concrète aux ambitions émises lors de l’atelier de mars 2017.

Cette approche de présentation a été proposée de manière à profiter des échanges qui ont eu lieu, dans un objectif, d’une part, de faire grandir la confiance de la population afin qu’elle accompagne le projet et, d’autre part, de récolter son expertise d’usages et sa connaissance fine des lieux.

Les résultats de l’atelier sont consignés dans un rapport de synthèse. Les informations récoltées ont pu être employées par les mandataires lors de la conception de l’avant-projet.

Automne 2018-juin 2019: première étape de développement de l'avant-projet

Au sortir des MEP, l’équipe Tamarin, mandatée par le Conseil communal, a entamé dès l’automne 2018 l’approfondissement de son projet lauréat ainsi que deux options proposées durant les MEP, à savoir la passerelle des Grandes-Rames et le Port des Neigles.

Les détails de l’avant-projet sont présentés dans le Message de crédit d’étude (voir section dédiée).

Le cahier des charges du mandataire étant déterminé, il importe que ce dernier puisse se référer au maître d’ouvrage, afin d’obtenir les informations, préavis et validations nécessaires au développement du projet. La conduite de projet mise en place à partir de cette étape est aujourd’hui encore d’actualité et deux organes conduisent le projet : la Commission technique (COTECH) et le Comité de pilotage (COPIL) désignés par le Conseil communal. Les Services cantonaux (Service de l’environnement (Section des lacs et cours d’eau, Section protection des eaux), Service des forêts et de la nature (Section faune, chasse et pêche, Section nature et paysage, 1er arrondissement forestier) et Service des biens culturels), l’Agglomération de Fribourg et l’Office fédéral de l’environnement y sont associés.

Printemps 2019-avril 2020: mise en pause de l'avant-projet pour validation d'un nouveau périmètre d'intervention

Au printemps 2019, le partenaire cantonal principal du projet, la Section des lacs et cours d’eau (SLCE) du Service cantonal de l’environnement, a informé la direction de projet de la pertinence d’attendre la publication du nouveau tracé de l’espace réservé aux eaux (ERE) alors en cours de redéfinition suivant la nouvelle méthode de calcul « Espace nécessaire aux grands cours d’eau de Suisse », OFEV, 2018 (Paccaud, Ghilardi et Roulier, 2018).

Cette méthodologie permet d’identifier les fonctions naturelles liées aux cours d’eau et l’espace nécessaire pour satisfaire ces fonctions, en prenant en compte les caractéristiques naturelles du cours d’eau et les contraintes d’occupation du sol. On parle ainsi d’espace nécessaire au cours d’eau, afin de satisfaire un certain pourcentage des fonctions naturelles.

La Section lacs et cours d’eau a mandaté le bureau CSD pour définir l’espace réservé aux grands cours d’eau du canton de Fribourg selon cette méthode, ainsi qu’un complément d’étude pour le cas de la Sarine en ville de Fribourg, afin de procéder à une analyse des diverses hypothèses concernant les caractéristiques naturelles du cours d’eau et l’influence des barrages, permettant de consolider la proposition d’ERE en ville de Fribourg (rapport CSD Ingénieurs SA du 13.06.2019).

Cette proposition a été transmise en juin 2019 au Service d’urbanisme et d’architecture pour analyse et prise de position avec pesée des intérêts, notamment concernant la thématique patrimoniale. Une étude complémentaire mandatée par la SLCE au bureau Archam et partenaires SA a permis de définir les secteurs « densément bâtis » (rapport du 15 octobre 2019). Plusieurs coordinations techniques sont intervenues durant l’été et l’automne 2019 entre les Services communaux et cantonaux. Une version consensuelle a finalement été transmise par la SLCE à l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) le 19 décembre 2019. L’OFEV a validé ce tracé sans modification en mars 2020.

L’adaptation du périmètre ERE est une donnée technique fournie par le Canton et insérée dans les planifications locales. Le nouveau périmètre de l’ERE validé par le Canton et la Confédération a été intégré dans le dossier des modifications du PAL.

Un projet de revitalisation doit à minima se déployer sur tout le périmètre de l’ERE, mais pour certains secteurs, il fait sens d’étendre l’intervention, soit à l’ensemble d’une parcelle, soit d’un parc par exemple. On distingue ainsi le périmètre d’intervention du projet et l’ERE, le premier pouvant être plus vaste que l’ERE pour certains secteurs.

La reprise du tracé de l’ERE ainsi que l’évolution de certaines thématiques adjacentes au projet de revitalisation ont eu pour conséquence de faire évoluer le périmètre d’intervention du projet par rapport à celui issu des MEP. Le Conseil communal a validé le nouveau périmètre d’intervention du projet en avril 2020, constituant le redémarrage du travail des mandataires. Cartes (Nord et Sud) restituant le périmètre de l’ERE validé par l’OFEV et le périmètre d’intervention du projet de revitalisation validé par le Conseil communal.

Avril 2020-décembre 2020: finalisation de l'avant-projet et Message pour le crédit d'étude

Pour la finalisation de l’avant-projet, les mandataires ont pu compter sur un périmètre d’ERE et un périmètre d’intervention consolidés. Des séances bilatérales avec les Services communaux et cantonaux concernés ont permis de valider techniquement l’avant-projet en vue de renseigner le Comité décisionnel stratégique pour la validation de l’avant-projet (Comité de pilotage du 29 juin 2020).

Les détails de l’avant-projet sont présentés au chapitre 4 du Message de crédit d’étude.

Trois annexes accompagnent le Message:

  • le rapport de synthèse de l’atelier participatif du 27 septembre 2018;
  • les cartes Nord et Sud des périmètres de l’ERE et du périmètre d’intervention du projet;
  • une étude mobilité (voir ci-après).

En effet, le développement de l’avant-projet a mis en lumière l’extrême complexité du projet de revitalisation de la Sarine.

Redonner de l’espace au cours d’eau dans un contexte urbanisé signifie supprimer des aménagements qui ont été faits sur les rives, et bien souvent des stationnements. C’est le cas le long des bains de la Motta, à l’école de la Neuveville et au parking des Augustins. En effet, du point de vue légal, les aménagements comme les places de parc qui se trouvent dans le périmètre ERE doivent être à terme supprimés.

Dans ce cadre, une étude de mobilité menée en 2019 a été réalisée sur l’entier de la Basse-Ville (Auge et Neuveville) par le bureau MRS. Cette dernière devait notamment vérifier que la suppression des places de parc induite par le projet de revitalisation ne prétéritait pas le fonctionnement de ces deux quartiers. L’étude a permis de démontrer qu’il existe une sous-occupation des places de parc dans le secteur du chemin de la Motta ainsi qu’une marge de manœuvre plus faible dans les secteurs Grandes-Rames et Augustins.

En conclusion, la suppression de 30 places au chemin de la Motta, 24 dans le secteur des Grandes-Rames ainsi que les 15 places dans le parking des Augustins n’impactera pas le fonctionnement du quartier tant pour les habitants que pour les visiteurs et clients.

Par ailleurs, un sondage effectué par la Ville de Fribourg pour avoir un diagnostic des habitudes de mobilité des usagers de la Motta (400 personnes) permet d’abonder dans ce sens. En effet, sur les personnes sondées, dont plus de 50% proviennent de la ville, environ 65% viennent par le biais de la mobilité douce ou des transports publics et environ 35% par le biais de la voiture ou en deux-roues motorisés. Enfin, parmi les personnes venant en voiture, 84% des sondés sont satisfaits des conditions de parcage.

Aussi, dans le cadre de ce projet de revitalisation, les schémas de circulation ainsi que les régimes de vitesse restent inchangés.

Septembre 2020: démarche participative

Un atelier participatif s’est tenu le 4 septembre 2020 afin de présenter les évolutions du projet aux participants depuis la dernière rencontre de septembre 2018. Un temps d’échange a permis de récolter des remarques pour nourrir le projet de l’ouvrage. La synthèse de l’atelier ainsi que ses annexes (liste des participants, présentation et schéma de synthèse) ont été transmises à tous les participants.